Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Site

(photo:Tl Osborn prie pour Michel Genton; 2005)     
                     Né en 1950 dans le canton de Vaud, en Suisse, Il se converti  en 1968, lors d'une réunion d'évangélisation à Lausanne, à "la maison du peuple" . Il y voit les premières guérisons miraculeuses avec Raphaël Duval, le prédicateur gitan qui l'invite à prier pour les malades. Il fait  plus tard, ses études à l'école biblique des assemblées de Dieu  à Bièvres puis à celle de Nogent sur Marne. Il fut évangéliste  dans les café-bars  parisiens de "Teen-Challenge".  Il fut ordonné pasteur le 7 novembre 1979,  par Tl Osborn à Tulsa en Oklahoma. Deux ans auparavant, il décidait d'ouvrir sa maison, qui est toujours, aujourd'hui une communauté biblique.Il y écrit plusieurs ouvrages ( voir www.revelationbible.com).Depuis février 2001, il manifeste un ministère impressionnant de conversions et de guérisons en Afrique.

Michel Genton


Chaque semaine,  le pasteur Michel Genton, commente pour vous, un nouveau logion.
Le logion (fragment ; « petit mot » en grec)
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 16:41

Ils montrèrent à Jésus une pièce en or
Et Lui dirent :
Les agents de César exigent de nous des tributs.
Il leur dit :
Donnez à César ce qui est à César,
Donnez à Dieu ce qui est à Dieu,
et ce qui est à Moi, donnez-le-Moi.

 

Commentaire:

C’est le seul Logion où Jésus appelle Son Père « Dieu ».  (au Logion 30 le mot Dieu est au pluriel).

Beaucoup de critiques n’aiment pas l’Evangile de Thomas car il ne présente qu’une fois le Père de Jésus comme étant Dieu, le Démiurge.

Mais une fois, c’est déjà amplement suffisant.

Ici, Jésus parle donc de trois personnes :

 

1          Dieu, le Démiurge (Dieu créateur de tout),

2          César

3          et Lui-même.

Il y a des choses à rendre à Dieu.

Il y a des choses à rendre à César (les autorités temporelles)

Et des choses qu’Il fallait rendre à Jésus, à cette époque-là, comme à la nôtre.

 

Il est assez simple de comprendre ce que nous devons à Dieu.

Il est aussi assez facile de comprendre ce que nous devons rendre à César.

Mais que devons-nous à Jésus ?

Nous Lui devons, par exemple, de connaître Le Nom du Père, car Il est venu afin que Ce Nom Glorieux soit enfin révélé. Il n’’avait jamais été révélé avant, Jean 17/6

Bien sur, vous pourrez me dire que nous Lui devons plus que cela : nous Lui devons notre salut, notre guérison, notre protection etc... (Mais c’est par Ce Nom révélé que nous sommes sauvés Jean 1/12)

Tout cela, nous le devons à Dieu, le Démiurge. Et c’est là que nous pouvons mieux saisir que Jésus, l’Agneau de Dieu sur terre était Dieu le Démiurge avec nous dans une chair semblable à la nôtre. Il était Dieu qui sauve parfaitement. Et que Jésus est toujours l’Agneau de Dieu qui plaide encore en notre faveur. Il est assis à la droite du Père pour le moment, avec Son corps qui est monté au Ciel.

Il n’y a pas trois Dieux, ni deux. Il n’y en a qu’Un seul. Mais ce Dieu, notre Père à tous,  le créateur de tous les humains, notre créateur, n’est, en Jésus-Christ le sauveur que de ceux qu’Il a prédestinés au salut.

En cela, il y en a deux à qui nous devons quelque chose.

1              Au Père, tous doivent l’existence.

2              A Jésus nous devons le salut que Le Père (Emmanuel) nous offre.

C’est pourquoi un enfant de Dieu considère aujourd’hui Jésus qui est au Ciel comme son Dieu. Et qu’un enfant de Dieu qui vivait sur terre en même temps que Jésus-Christ, considérait également cet homme de chair et de sang comme Dieu, et devait lui rendre hommage et pouvait se prosterner comme on a le droit de le faire devant Dieu le Père.

César est une autorité temporelle que nous ne devons pa mépriser.

Et nous ne devons pas mépriser l’autorité de l’Agneau qui plaide devant le Père aujourd’hui. Nous Lui devons notre adoration et notre entière soumission.

Mais nous ne devons pas oublier de donner à Dieu le Père ce qui Lui revient de droit, à savoir la crainte. 

Car notre Démiurge n’a pas changé. Il est toujours le Père jaloux qu’Il a toujours été. Et pour peu que nous le trompions, (ne serait-ce que dans nos dîmes), Il est toujours le Dieu de Mal 3/8-9.

Pour le moment, Notre Démiurge est apaisé par la plaidoirie de l’Agneau. Mais quand l’Agneau se lèvera de Son Trône, il se transformera subitement en Lion. Apoc 5/6 et Apoc 10/1-3 (dans ce dernier Texte, l’ange que Jean voit, c’est Jésus tel qu’Il apparait en Apoc 1/13-16).

En Apoc 5 Jésus prend le petit Livre en tant qu’Agneau et en Apoc 10 Il a toujours le petit Livre en main, mais Il rugit comme un lion. Car l’Agneau de Dieu, c’est un lion  Apoc 5/5-6.

L’Agneau de Dieu, c’est Jésus-Dieu, l’avocat.

Le Lion, c’est Dieu le juge.

Ce sont …  la même personne remplissant des fonctions différentes en même temps.

Evidement, si on croit en la trinité, cela ne veut plus rien dire du tout. Libre à vous d’ajouter à La Parole de Dieu , La Très Sainte Bible, le mot « trinité ». Pour ma part, je ne me permettrai jamais un tel blasphème ; Dieu est UN et Il se manifeste principalement de trois façons différentes.

Et, comme au temps de Jésus dans sa chair, nous sommes tenus de rendre…

1          A Dieu ce que nous Lui devons

2          A César ce que nous lui devons

3          A Jésus, l’Agneau de Dieu, ce que nous Lui devons.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Genton - dans Les logia
commenter cet article

commentaires

Articles Récents